Boire et aller en boîte ? Il y a d’autres choses à faire

Aujourd’hui les jeunes ne savent plus quoi faire pour assouvir leur soif d’action et de gloire.

 

C’est un besoin inhérent à la jeunesse et on ne peut s’en passer. La jeunesse d’un homme décide de ce qu’il va être à l’âge adulte.

 

Sans avoir eu de gloire ni d’aventure étant jeune on se retrouve à 40 ans, vidé de toute substance et de toute ambition, en voulant désespérant retourner dans la jeunesse qu’on a gâchée.

 

Sans aventures, on sera un être incomplet, plein de névroses, et de ressentiment à l’égard de la vie.

 

Et aujourd’hui cette société est en train de créer ce genre d’individus à grande échelle, car tout ce qu’elle a à lui offrir c’est de la picole entre amis.

 

C’est juste désespérant.

 

Mais cet article n’a pas pour but de vous faire pleurer sur les temps perdus, où l’on allait découvrir des nouveaux continents et partir à la guerre avec son épée. Non.

 

On est là pour voir concrètement, que faire de sa jeunesse, et même de toute sa vie (la jeunesse est un état d’esprit) pour assouvir ce besoin de gloire, d’expérience sans forcément avoir beaucoup d’argent.

 

Le sport

 

Se dépasser dans le sport est un excellent moyen d’avoir une bonne hygiène de vie et de se détourner des choses qui nous affaiblissent et nous font perdre du temps.

 

En plus de cette hygiène de vie qui nous fait tenir le bon cap, il peut aussi nous assouvir cette soif de gloire, de compétition, de combat.

 

Je sais par exemple, que si je n’avais pas fait énormément de sport durant ma jeunesse, jamais je n’aurai développé des idées aristocratiques tel que le dépassement de soi, la discipline, l’exigence, la force, le respect du beau et la haine de la médiocrité.

 

Si je n’avais pas pratiqué ces sports durant ma jeunesse j’aurai été la moitié de l’homme que je suis aujourd’hui.
Durant notre jeune âge, nous somme dans une recherche d’identité, dans un combat perpétuel par rapport aux autre pour nous faire une place.

 

Et le sport peut être un excellent moyen de matérialiser et de canaliser cette envie de combat et de compétition.

 

Sport de combat, d’équipe, n’importe quoi. Tous les sports quels qu’ils soient vous demanderont d’adopter les mêmes valeurs que je viens d’énoncer ci dessus.

 

Les ballades en forêt

 

Marcher en forêt est un excellent moyen de retourner à la nature et à sa nature.

Quand on vit en ville, c’est indispensable pour garder un esprit sain. Les villes sont artificielles. Et dans cet environnement artificiel il n’est pas impossible de développer des idées elles aussi artificielles et déconnectées du réel.
Cet anti virilisme ambiant est souvent présent en ville. Là où il n’y a rien qui nous rappelle notre lourd passé de chasseurs, de pilleurs, et de guerriers défenseur de leur clan.

 

Quand on va se balader en foret, on remet en place son esprit, et on se rappelle instinctivement ce que nous fumes autrefois.

 

Ce petit rappel est indispensable aujourd’hui.

 

Petit conseil si vous voulez rendre votre marche plus dangereuse et plus intéressante.

 

Ne prenez pas toujours le même chemin. Partez dans des endroits que vous ne connaissez pas. Utilisez votre mémoire et votre sens de l’orientation pour revenir sur vos pas.

 

C’est dans le danger, si infime soit il que notre soif d’aventure et de compétition est assouvie.

 

Voyagez !

 

Arrêtez d’aller dans des endroits où l’on ne peut qu’aller en boîte le soir et sur les transats la journée.

 

Allez dans des endroits un peu dangereux, sauvages, où vous pourrez en tirer une grosse expérience et en apprendre beaucoup sur vous mêmes.
Lisez des récits de voyages de grands aventuriers, cela pourra vous donner quelques idées.

 

Si vous n’avez pas d’argent, rien ne vous empêche d’aller au beau milieu de la France et de faire une randonnée quelque jours tout seul en aventurier, d’un point A à un point B.
Si vous ne le saviez pas, Sylvain Tesson a écrit un récit de voyage en France « Sur les chemins noir », là où la civilisation n’est presque pas présente. Donc pas forcément besoin de partir à des milliers de km pour trouver la nature sauvage.

 

Dans tous les cas, il faudra partir dans des endroits où la mondialisation n’est pas encore trop présente et où il y a un forte culture locale, comme cela vous pourrez en apprendre un peu plus sur le monde. C’est en se confrontant aux autres que l’on sait qui on est réellement.

 

Faites des activités à risques !

 

Sortir de sa zone de confort régulièrement c’est le meilleur moyen pour avoir une vraie vie passionnante.

 

Et selon moi, la meilleure activité à risque que vous puissiez faire, ce n’est pas de faire du saut en parachute, non. Mais de créer votre entreprise et de faire ce que vous avez réellement envie de faire dans votre vie.

 

Finalement ce sera toujours votre travail qui définira qui vous êtes réellement puisque c’est là que vous passez le plus clair de votre temps. Alors faites quelque chose qui vous ressemble, coûte que coûte.

 

C’est ça le vrai courage. Pas de savoir péter la gueule d’un autre homme, mais de bouger son cul et de devenir libre en se libérant du salariat.

 

 

La Nouvelle Sparte

One Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :