Critique de Gran Torino

Walt Kowalski est un ancien de la guerre de Corée, un homme inflexible et amer. Après des années de travail à la chaîne, il vit replié sur lui-même.

 

Retraité , il occupe ses journées à bricoler, traînasser et siroter des bières. Avant de mourir, sa femme exprima le vœu qu’il aille à confesse, mais Walt n’a rien à avouer, ni personne à qui parler. Hormis sa chienne Daisy, il ne fait confiance qu’à son fusil M-1, toujours propre, toujours prêt à l’usage.

 

Ses anciens voisins ont déménagé ou sont morts depuis longtemps. Son quartier est aujourd’hui peuplé d’immigrants asiatiques qu’il méprise, et Walt ressasse ses haines, innombrables à l’encontre de ses voisins, asiatiques, latinos et afro-américains « qui croient faire la loi ».

 

Clint Eastwood incarne à la perfection un homme d’une génération de durs à cuire, des hommes comme on en fait plus, endurci par la guerre, et par une vie entière de travail acharné.

 

Il est franc et ne se gêne pas pour dire ce qui le dérange.

 

Il ne se laisse jamais intimider et n’hésite pas à répondre à la violence par la violence malgré son âge.

 

Il est vrai. Entier.

 

Comme je l’explique dans cet article Pourquoi les hommes ont besoin d’être plus méchants il fait l’alliance entre sa part animale et sa part humaine. Il est viril.

 

Tao représente la jeune génération actuelle, timide, faible et passive, ce qui lui fera régulièrement grincer des dents qui ne comprend pas que l’on puisse être aussi mou et fera tout pour lui enseigner la virilité.

 

Il lui enseignera que dans la vie, il faut montrer les dents et parfois mordre si on veut arriver à quelque chose, il lui enseignera leçons sur leçons jusqu’à la scène finale.

 

Un film parfait sur une époque en décomposition. Certains croient à tord que le personnage principal joué par Clint eastwood est une caricature qu’on tente de rendre sympathique.

 

En réalité, il est un exemple de masculinité, et c’est cela qui nous le rend sympathique. Si autant de gens ont aimé ce film c’est parce qu’on souffre terriblement du manque d’hommes aujourd’hui, consciemment ou inconsciemment, et c’est cela qui rend le personnage appréciable par tous.

 

Du Grand Clint Eastwood.

 

La Nouvelle Sparte

One Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :