Faire soi-même son programme de musculation

Est-ce possible ? Évidemment, il existe un grand nombre de possibilités, de chemins différents, de philosophies d’entraînements, qui peuvent donner de bons résultats. Tout n’est pas permis, mais presque tout !

Voyez l’écart qui subsiste entre l’entraînement en Crossfit, en bodybuilding ou en préparation physique. Bien sûr, les objectifs sont très différents, il est donc normal que les méthodes le soient aussi. Mais constatons tout de même que des méthodes si différentes améliorent sensiblement l’aspect physique et les qualités athlétiques, bref, elles donnent des résultats, et parfois sans le vouloir sur un même terrain.

Si après avoir testé des programmes différents, vous souhaitez composer vous-même votre programme, vous le pouvez. Cela possède l’avantage de s’adapter au matériel à votre disposition, au temps que vous consacrerez à vos entraînements, à leur fréquence, etc.

Malgré la très large palette de méthodes, d’exercices, d’agencements possibles, il y a certaines règles qu’il faut respecter pour que votre programme soit viable. Voici, selon nous, les trois règles principales :

Le programme doit être équilibré.

C’est la règle numéro un. Il faudra penser à équilibrer le travail entre le haut et le bas du corps, entre les muscles agonistes/antagonistes, à ne pas négliger les muscles posturaux, les muscles profonds, à ne pas créer de déséquilibres et de points faibles.

Sans forcement devoir calculer les ratios de force de chaque muscle, faites juste attention à ne pas trop insister sur les muscles que vous aimez le plus travailler. Ne laissez pas non plus tomber le bas du corps, ni les muscles profonds de l’abdomen. Tachez, par exemple, de ne pas faire dix mouvements poussés dans la semaine contre cinq mouvements tirés, ou inversement.

Le programme doit avoir du sens.

Un piège courant, c’est de se perdre lorsque l’on veut courir plusieurs lièvres à la fois. Avant de commencer à concevoir un programme, il faut savoir où vous voulez aller.

Un programme polyvalent est possible, si vous n’avez pas d’objectif précis à part maintenir la forme. En revanche si vous cherchez à perdre du gras, à gagner beaucoup de masse maigre, à gagner en force ou à améliorer d’autres qualités athlétiques, il va falloir se concentrer sur un seul de ces buts si vous voulez vraiment progresser. Fixez-vous des objectifs chiffrés et notez votre progression.

Les séances ne doivent pas être trop longues ni trop fréquentes.

On vient de voir que l’on peut avoir tendance à s’éparpiller. Lorsqu’on se fait soi-même son programme sportif, on a facilement envie d’y mettre tout ce qu’on aime faire et c’est comme ça qu’on se retrouve avec quinze exercices par séances.

Premièrement, vous aurez beaucoup de mal à mettre de l’intensité dans une séance avec trop d’exercices, et l’intensité est le maître mot. Deuxièmement, une séance trop longue peut être contre-productive car elle épuise le système nerveux (qui met très longtemps à récupérer) et nous met dans un état, sur le plan hormonale, qui n’est pas propice à l’anabolisme.

Pour ces raisons, je conseille de faire des entraînements d’une heure, une heure et quart maximum.

Pour ce qui est de la fréquence, c’est la même chose, mais il faut prendre en compte le volume totale. Huit séances hebdomadaires très courtes peuvent être efficaces, autant que quatre séances plus longues, mais je vous assure que huit longues séances vous épuiserons avant de vous avoir fait progresser. Un conseil, entraînez-vous trois à quatre fois par semaine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :